Cathay Pacific réduit fortement son programme d’hiver

Le transporteur hongkongais Cathay Pacific donne un sérieux tour de vis à son programme d’hiver éliminant certaines lignes et réduisant ses fréquences, dont Paris. Le trafic passagers a chuté de 11% en août, le trafic en classe affaires étant particulièrement affecté.

Cathay Pacific, victime collatérale de la situation à Hong Kong

C’était une évolution prévisible. Hong Kong, englué depuis maintenant 14 semaines dans des manifestations et violences, est délaissé par les hommes d’affaires et touristes. Une situation qui affecte désormais les compagnies aériennes, en premier lieu le transporteur Cathay Pacific. Selon des informations communiquées par la compagnie, Cathay a vu son trafic passagers chuter de 11% en août, les manifestations souvent violentes contre le gouvernement ayant effrayé les visiteurs alors que le mois d’août est l’un des plus importants en terme de voyages. La fermeture de l’aéroport de Hong Kong, deux jours durant, avait affecté 55 000 clients de Cathay. La compagnie craint d’ailleurs un effet similaire pour septembre.

Si le trafic au départ de Hong Kong s’est affiché en baisse de 12%, ce sont les volumes de passagers à l’arrivée qui ont le plus affecté la compagnie. Leur nombre s’est littéralement effondré, plongeant de 38% par rapport aux chiffres d’août 2018.

un mois extrêmement compliqué pour Cathay et Hong Kong

Toujours selon le transporteur, « août a été un mois extrêmement compliqué pour Cathay et Hong Kong avec des arrivées sur le territoire en baisse de près de 50% par rapport à la normale. La demande de voyages en classe affaires, qui génère une part plus élevée des revenus de Cathay Pacific que la classe économique, a connu une baisse encore plus significative », a commenté Ronald Lam Siu-por, Chief Customer and Commercial Officer de Cathay Pacific Group.

Au total, ce sont 370 000 passagers en moins que Cathay Pacific a enregistré sur ses lignes, soit la plus forte baisse sur dix ans avec un total de 2,9 millions de voyageurs. Le taux de remplissage est symboliquement passé sous la barre des 80%, à exactement 79,9% : une chute de plus de sept points.

Les secteurs les plus touchés sont l’Asie et la Chine. Sur le Nord-Est asiatique, la chute du nombre de passagers est de 11,8% et sur la Chine de près de 29%. Sur ce dernier, s’ajoute à l’effet repoussoir des manifestations le boycott de la compagnie. La direction de Cathay avait affirmé dans un premier temps son soutien à la liberté de pensée de ses employés, avant de faire machine arrière et de prendre des sanctions. Sur le Sud-Est asiatique, la chute est de 8%. Sur l’Europe en revanche, le trafic passagers a progressé de 3%, de nombreux passagers étant simplement en transfert à Hong Kong.

La compagnie a donc pris des mesures. Elle va réduire considérablement son programme d’hiver. Au lieu d’une croissance de 3% de ses capacités, comme prévu a l’origine, on parle désormais d’une baisse de 6% à travers le monde.

Tous les secteurs sont affectés par des réductions de capacité. Selon OAG, le transporteur arrête l’exploitation à la fin octobre de ses lignes sur Dublin et Medan (Indonésie) et élimine certaines fréquences en Europe, notamment sur Francfort mais aussi Paris-CDG. Les deux métropoles européennes perdent leur vol de jour, ne conservant que leurs vols de nuit plus attractifs pour la clientèle affaires. Sur Paris, cela se traduit par trois vols de moins par semaine.

La compagnie et sa filiale régionale Cathay Dragon réduisent aussi leurs fréquences de vol sur Tokyo-Haneda, Pékin, New York, Vancouver et Washington. Mais les experts estiment que d’autres réductions de services devraient suivre, en particulier depuis et vers la Chine, pour faire face à un boycott qui ne semble guère s’infléchir pour le moment envers la compagnie de Hong Kong.

Hong Kong : le tourisme touché par la situation de crise du territoire

Hong Kong a vu les arrivées de ses touristes chuter de 40 % en août selon les premières estimations, la plus forte baisse mensuelle depuis l’épidémie de grippe aviaire de 2003. Le tourisme avait déjà enregistré une baisse de 5 % en juillet. Comme il était à prévoir, les groupes de touristes chinois ont déserté : -63 % en août par rapport à l’an dernier et même -90% au cours des dix premiers jours de septembre, selon le Hong Kong Travel Industry Council.

Les statistiques de l’office de tourisme de Hong Kong montrent que le nombre total de touristes en provenance de France a chuté de 7% au mois de juillet, dernier mois disponible. Soit un peu plus de 10 100 arrivées contre 10 900 pour juillet 2018. Sur les sept premiers mois de 2019, 79 000 Français ont séjourné à Hong Kong contre plus de 85 000 pour la même période de 2018.