L’hôtellerie française amorce la reprise

Réouvertures pour certains, redémarrage pour ceux qui n'auraient pas fermé, conditions sanitaires strictes : l'hôtellerie française amorce la reprise de l'activité.

Le Pullman Paris Roissy CDG Aéroport un des 900 hôtels Accor ouverts en France © Agence Miam Studio

Déconfinement progressif partout en Europe, montée en puissance du transport aérien et ferroviaire, réouverture des frontières au sein de l’espace Schengen : avec la reprise, sans doute lente, mais néanmoins attendue des voyages professionnels ou de loisirs, l’hôtellerie entrevoit la perspective d’un retour de sa clientèle. Car, si tous les hôtels n’ont pas fermé leurs portes au plus fort de la pandémie, tous ont été frappés par cette crise sans précédent. Selon le cabinet d’analyses STR, l’hôtellerie européenne a connu une chute de 84,6 % de sa fréquentation en avril 2020, avec un taux d’occupation d’à peine 11,1%.

Dès le 11 mai, B&B Hotels, qui avait conservé plus de 100 hôtels ouverts, s’apprêtait à en rouvrir une centaine supplémentaire sur les 288 que compte l’hôtelier économique. La première phase du déconfinement a permis la réouverture d’un certain nombre d’hôtels, en particulier dans les zones les moins touchées par la circulation du virus. En Bretagne, le Radisson Nantes a commencé à réaccueillir ses clients le 18 mai, mais il reste le seul dans ce cas parmi les 15 établissements du groupe Radisson en France. Neuf autres prévoient de rouvrir progressivement au courant du mois de juin et les autres ouvriront d’ici la fin de l’été.

Car, avec la phase 2 du déconfinement amorcée le 2 juin, l’accessibilité des hôtels devrait s’accélérer. Louvre Hotels s’attend à ce que 95% de son parc en France soit ouvert d’ici fin juin, contre 80% aujourd’hui. Au niveau européen, ce sont plus de 70% de ses établissements qui auront portes ouvertes. Du côté de Best Western France, 48% du réseau BWF a rouvert, dont une quarantaine d’établissements depuis le 25 mai, et les trois-quarts des hôtels seront accessibles d’ici fin juin.

De la même manière, sur les 1573 hôtels que compte en France le groupe Accor, plus de 900 accueillent aujourd’hui des clients et le groupe s’attend à une augmentation régulière de la reprise en juin. Plus de 70% de son réseau mondial devrait ainsi être accessible aux voyageurs d’ici début juillet. Parmi ceux déjà ouverts dans l’Hexagone, plusieurs établissements à vocation business comme les Pullman de Roissy CDG, Marseille et Toulouse Aéroport ainsi que les ibis Roissy CDG, Alésia Montparnasse et ibis Styles Lyon Part-Dieu.

En région parisienne, plus touchée par la pandémie, mais aussi plus sensible aux évolutions du tourisme international, l’hôtellerie prépare également sa reprise. Marriott a par exemple rouvert le 2 juin plusieurs de ses établissements – les Courtyard Paris Gare de Lyon, Renaissance République, AC by Marriott Porte Maillot -, suivis du Renaissance Paris Hippodrome de St Cloud le 5 juin. Le groupe américain prépare une nouvelle vague d’ouvertures le 15 juin avec la reprise d’activité des Marriott Opera Ambassador, Moxy Paris Bastille et AC Paris Le Bourget, avant que le Westin Paris Vendôme ne rouvre à son tour. Après sa terrasse, accessible dès le 23 juin, l’établissement hébergera ses clients à partir du 6 juillet. Alors que le Prince de Galles et le W devraient ouvrir leurs portes au courant de l’été, sans que la date n’ait été encore précisée, le Moxy Paris CDG connaît déjà la sienne : le 1er juillet prochain. Sur la Côte d’Azur, après l’AC by Marriott Nice le 8 juin, les Méridien de Nice et de Monaco rouvriront leurs portes, les 15 et 26 juin respectivement. Le Courtyard Porte de Versailles rouvrira pour sa part le 14 septembre prochain.

Pour accompagner la reprise et soutenir l’activité, les groupes hôteliers ont pris un certain nombre de mesures, notamment l’assouplissement de leurs politiques d’annulation, des promotions aux membres des programmes de fidélité, mais surtout des gages de sécurité à leurs clients. Leur retour est attendu dans des conditions sanitaires strictes. Dans ce cadre, Accor poursuit la mise en place de son label ALLSAFE, élaboré avec le soutien de Bureau Veritas et déjà affiché par quelques établissements, l’ibis budget Marseille l’Estaque et l’ibis Laon entre autres. En parallèle, les clients trouveront des services adaptés à la crise sanitaire, comme un buffet de petit-déjeuner réadapté et la création d’une option continentale en chambre ou à emporter. Chez Marriott, certains services ne seront pas accessibles tels que les piscines, les spas et les fitness. En Ile-de-France, les bars et restaurants seront fermés au moins jusqu’au 22 juin, hors ceux profitant de terrasses ou de patios.