Eric Viale (IHG) : « Nous voulons accélérer sur les segments luxe et lifestyle »

Activité, développement, fidélisation, RSE : Eric Viale, directeur général Europe du Sud d'IHG, évoque l'actualité du groupe hôtelier sous ses différents aspects.
Eric Viale, directeur général Europe du Sud du groupe hôtelier IHG.
Eric Viale, directeur général Europe du Sud du groupe hôtelier IHG.

Comme la plupart des groupes hôteliers, IHG est-il satisfait jusqu’ici de son année 2022 ?

Eric Viale – Après un premier trimestre impacté par Omicron, on a vu une réelle reprise de l’activité. Pour la quasi-totalité des hôtels, les performances sont en ligne si ce n’est au-dessus celles de 2019, avec une fréquentation proche de son niveau d’avant la pandémie et une progression des prix moyens. C’est ce qui nous permet de sortir une très belle année.

Quelle part a pris la clientèle affaires dans ces bons résultats ?

Eric Viale – La clientèle loisirs a bien sûr été importante dans cette phase de reprise, que ce soit en 2021 et en 2022. Mais aussi on voit aussi qu‘un segment qu’on avait enterré un peu trop rapidement, la clientèle MICE, est bien présente dans nos hôtels.  Les entreprises ont besoin de ces moments essentiels où leurs équipes se regroupent. La reprise de ce segment a commencé par être sensible sur le marché domestique français dès 2021, puis nous avons vu cette année le retour des grosses opérations internationales. Et maintenant nous commençons à revoir des incentives en provenance des Etats-Unis, portés par un taux de change favorable.

Pour autant, un certain nombre de ces événements corporate sont le fait de reports de manifestations qui n’avaient pas pu se tenir les années précédentes. L’activité MICE sera-t-elle toujours au même niveau une fois ces retards rattrapés ? 

Eric Viale – Il faut en effet évaluer l’activité générée par ces reports dûs à l’annulation de lancements de produits ou de salons et ce qui provient du « business as usual ». Mais nous sommes persuadés que nos clients grands comptes sont revenus à un cycle normal de réunions. Au vu de la demande et des réservations déjà confirmées pour l’année 2023, nous sommes optimistes en ce qui concerne le segment MICE. Sa reprise ne semble pas être un épiphénomène. 

Etes-vous aussi positif en ce qui concerne la clientèle affaires individuelle ?

Eric Viale – Ce segment sera sans nul doute plus long à récupérer. Dans la logique des entreprises, les déplacements doivent être optimisés et se justifier. Les comportements évoluent, les séjours sont moins nombreux, mais de durée plus longue. Le bleisure, tendance dont on entend parler depuis pas mal de temps, est aujourd’hui une réalité, ces séjours business plus longs intégrant souvent une dimension loisirs. Tout cela nous donne beaucoup de confiance pour l’année à venir.

Verrière de l’InterContinental Paris Le Grand.

Avec les problèmes actuels liés à l’énergie, l’inflation est une préoccupation forte. Les tarifs des hôtels vont-ils continuer à augmenter en 2023 ?

Eric Viale – Le premier trimestre 2023 sera forcément beaucoup plus fort que celui de 2022, impacté par Omicron. Donc il y aura un effet mathématique qui viendra rehausser un peu le prix moyen de nos hôtels. Mais on s’attend plutôt à une stabilisation ou à une légère augmentation de ce prix moyen.

Passons à la présence des hôtels d’IHG en Europe. Quelle est la stratégie de développement de votre groupe, notamment pour la région que vous supervisez, l’Europe du Sud, et donc la France ?

Eric Viale – IHG a pour ambition de continuer à grandir de façon globale et responsable en Europe. Nous avons vraiment trois gros marchés sur ce continent : le Royaume-Uni, l’Allemagne et la France. De par notre présence actuelle et notre développement futur, la France est un des marchés les plus importants pour IHG. Quant à l’Europe du Sud, nous mettons l’accent sur quatre autres pays : l’Espagne et le Portugal, l’Italie ainsi que la Turquie

Concernant les segments, quels sont ceux les plus porteurs pour IHG ?

Eric Viale – Nous avons une volonté, celle d’accélérer sur les segments luxe et lifestyle où nous entrevoyons de belles opportunités de développement. En France, nous avons une position de leadership sur le luxe avec nos InterContinental à Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux et Cannes, en plus du Kimpton Paris Saint Honoré. Et nous pouvons aller plus loin, d’autant que nous sommes bien équipés avec nos différentes marques : celles que nous avons acquises ces dernières années, que ce soit Regent, Six Senses et Kimpton, mais aussi la Vignette Collection que nous avons récemment lancée. Dans notre portefeuille, il nous manquait une marque « collection », facile à mettre en place par un hôtel de très belle qualité qui a besoin de distribution et de visibilité. Cette collection est en train de prendre de l’ampleur. Nous avons déjà des hôtels Vignette à Vienne et en Algarve, au Portugal. Un Vignette Collection ouvrira à Porto en novembre. Et un certain nombre de discussions sont en cours avec des hôtels de niveau luxe pour accélérer sa croissance. 

Quant à votre marque fanion InterContinental ou Kimpton Hotels, ces enseignes font-elles aussi partie de vos priorités ?

Eric Viale – InterContinental continue à être une marque moteur de notre croissance, avec notamment un hôtel attendu à Rome début 2023. InterContinental apparaîtra aussi à Ankara et Bursa en Turquie, des métropoles qui viendront s’ajouter à l’InterContinental d’Istanbul. Et cela, en plus d’autres projets au Montenegro et en Crète. Quant à l’enseigne lifestyle Kimpton, nous sommes déjà présents à Paris, Barcelone et depuis peu à Majorque en Europe du Sud. Alors que les très beaux hôtels Kimpton que nous avons au Royaume-Uni devraient porter la demande de la clientèle pour cette offre lifestyle, plusieurs projets, dont je ne peux encore parler, sont proches d’être signés.

Chambre du voco Paris Montparnasse.

En parallèle, une de vos dernières marques créées, voco, vous étonne-t-elle par sa faculté d’expansion ?

Eric Viale – Entre son lancement et là où nous en sommes aujourd’hui, c’est, je crois, la marque qui a grandi le plus rapidement dans l’histoire de l’industrie. On est fier de sa croissance mondiale, avec une belle présence au Royaume-Uni, des hôtels à Paris et Strasbourg en France, à Milan et Venise-Mestre en Italie, un beau projet à Bruxelles. Je crois beaucoup à sa croissance en Europe du Sud où vous trouvez de nombreux hôtels haut de gamme qui ont de l’appui d’un grand groupe pour leur distribution et leur visibilité.

Après une période de latence, votre enseigne Hotel Indigo semble maintenant repartie sur de bons rails.

Eric Viale – Il a fallu savoir comme la présenter, comment amener cette marque boutique qui met en avant la vie de quartier, le voisinage. Ces choses résonnent encore plus aujourd’hui qu’hier, et je crois beaucoup à son potentiel dans toutes ces villes d’Europe du Sud au riche patrimoine, aux quartiers animés. Si je regarde la croissance de cette enseigne en Italie, on est en position d’être présent dans toutes les villes de caractère comme Rome, Milan, Venise, bientôt Florence. En Espagne, en plus de Madrid, nous aurons bientôt un deuxième Hotel Indigo à Barcelone. Quant à la France, nous avons mis un peu de temps à mettre cette marque en place après une ouverture à Paris. Mais nous en avons maintenant un Hotel Indigo à Cagnes, un autre est attendu à Bordeaux. Une chose est sûre, la marque est porteuse.

Pour autant, votre groupe IHG est aussi reconnu pour ces grandes marques classiques que sont Holiday Inn ou Crowne Plaza. Comment ces enseignes évoluent-elles ? 

Eric Viale – Pour nos marques « mainstream », l’accent a surtout été mis sur la qualité de nos portefeuilles d’hôtels avec des projets structurants dans lesquels nous avons embarqué nos propriétaires. On s’est engagé ces dernières années sur le déploiement d’une nouvelle génération de chambres chez Holiday Inn Express, maintenant en place dans tous les établissements. Du côté d’Holiday Inn, c’est un nouveau concept d’open lobby, adapté aux nouvelles habitudes de consommation avec son côté multi fonctions pour un meeting d’affaires informel ou un moment de détente, qui est intégré dans près de 98 % des hôtels. Quant à Crowne Plaza, cette marque a aussi fait sa révolution avec, là aussi, une approche des espaces publics repensés pour plus de flexibilité tout au long de la journée, répondant à la façon hybride de travailler. 

Lobby de l’Holiday Inn Belfast.

Ces marques classiques ont-elles autant de marge de croissance que vos marques luxe et le lifestyle ?

Eric Viale – Elles ont encore beaucoup de potentiel en Europe du Sud, puisqu’elles peuvent toucher à la fois des grandes métropoles et des villes secondaires. On en a l’exemple avec Holiday Inn Express qui est en train de se développer rapidement dans la péninsule ibérique comme en France. Sur les 18 ouvertures prochainement prévues par IHG en France, 8 sont des Holiday Inn Express, par exemple à Ajaccio, Arcachon, Caen et Reims. Alors que nous avons plus de 60 établissements en France, notre stratégie est de continuer à y renforcer notre présence et mailler le territoire. 

En dehors de l’évolution de votre parc hôtelier, l’actualité du groupe IHG a aussi été marquée cette année par la refonte de son programme de fidélisation, maintenant baptisé One Rewards. Quels en sont les avantages pour les voyageurs d’affaires ?

Eric Viale – A travers ce projet majeur, notre volonté a été de revoir notre programme dans son intégralité pour lui donner plus de compétitivité. Nous avons par exemple les statuts les plus compétitifs de l’industrie en nombre de points offerts par nuit. Un autre de ses avantages concurrentiels a été la mise en place d’une vraie flexibilité dans l’utilisation des points pour correspondre aux attentes qui peuvent différer selon le type de séjour. Par exemple, un client se verra demander à son arrivée s’il préfère gagner des points ou avoir un petit-déjeuner offert. Par exemple, un voyageur d’affaires, si sa société prend en charge le petit-déjeuner, peut décider de gagner des points grâce à son séjour, puis, lorsqu’il voyagera en famille, recevoir plutôt des avoirs sur le F&B, profiter d’un upgrade ou de l’accès au club lounge. L’application développée pour ce programme facilite cette flexibilité. Autre évolution, nous avons créé des paliers intermédiaires entre les statuts, permettant aux clients de profiter de nouveaux bénéficies sans avoir atteint le palier plus élevé. C’est une approche unique dans l’hôtellerie. 

Autre préoccupation actuelle à l’heure de la sobriété, où en est IHG dans sa transition énergétique ?

Eric Viale – Déjà, je voudrais rappeler qu’IHG avait annoncé avant le covid son engagement « Journey for Tomorrow », qui couvre plusieurs aspects de la RSE, que ce soit la diversité et l’inclusion, ou l’impact sur l’environnement dont l’énergie fait aussi partie. Avant même cette crise, nous avions fixé des objectifs des réductions de consommation d’énergie par hôtel. Nous avions aussi développé des outils de tracking et de reporting avec une plate-forme qui permet aux hôtels de comparer leur consommation par rapport à un panel d’hôtels similaires. Et donc d’identifier les bonnes pratiques et les points de progrès pour définir son plan d’action. D’autre part, IHG a aussi lancé son programme « Greener stay », qui laisse l’option au client de choisir s’il veut que sa serviette soit changée tous les jours ou s’il a besoin de tel ou tel service en chambre avec, en guise d’encouragement à cette consommation durable, un incentive en points IHG Rewards. 

Votre implication en matière de RSE est-elle essentielle vis-à-vis de vos clients corporate ?

Eric Viale – Quand on travaille avec de grands comptes internationaux, il y a toujours une partie dans leur cahier des charges concernant ce qu’IHG fait pour l’environnement. C’est un critère de choix. A travers nos outils mis en place et notre engagement « Journey for Tomorrow », nous sommes bien placés pour répondre à ces questions. Alors, beaucoup de choses ont déjà été faites, mais il faut continuer. Nous avons l’objectif de créer à l’horizon 2025 une nouvelle chambre zéro carbone ou à la consommation très limitée. Nos équipes design et ingénierie travaillent déjà dessus, et elle sera progressivement insufflée dans les nouveaux concepts de chambres que nous développerons pour nos marques.