Connect@Changi : un hôtel « bulle » inauguré à Singapour

Le Connect@Changi s'apprête à accueillir ses premiers clients à Singapour avec un concept inédit d'hôtel "bulle". Développé en réponse à la crise sanitaire, il permet aux voyageurs d'affaires internationaux d'organiser des réunions avec leurs interlocuteurs locaux en toute sécurité.
Connect@Changi
L’inauguration de l'hôtel Connect@Changi doit faire de Singapour the place to meet, grâce à un système de bulle entièrement hermétique

Alors que les prédictions se multiplient pour estimer quand pourront reprendre les voyageurs d’affaires à l’international, certains acteurs du marché sont déjà à la tâche pour mettre en place des options concrètes, et de fait accélérer ce calendrier de reprise. C’est le cas de Singapour qui, depuis le début de la crise, s’efforce d’explorer de nouveaux concepts favorisant le retour des voyageurs d’affaires. Loin des considérations idéologiques, le hub asiatique a adopté une approche pragmatique, résumée autour du triptyque « Learn, Test, Build ». Une logique qu’incarne parfaitement la construction du nouvel hôtel Connect@Changi, qui s’apprête à accueillir ses premiers clients au début du mois de mars.

Le nouvel établissement, inauguré à 5 minutes de voitures de l’aéroport de Changi, propose un parcours voyageur inédit. A leur arrivée sur le hub asiatique, après s’être soumis à l’incontournable test PCR, l’hôtel assure leur acheminement jusqu’à leur chambre. Une chambre de 19m², devant laquelle une étagère permet aux équipes de l’établissement de déposer chaque repas. Car le principe de l’hôtel Connect@Changi est bien de maintenir les visiteurs étrangers dans une bulle entièrement hermétique, agrémentée d’options bien-être – deux cours aux allures de parcs ont été installées, ainsi qu’un espace fitness, le « Gym Pod » -, sachant qu’ils n’ont pas le droit de quitter l’hôtel. En outre, l’établissement profite de la proximité de l’aéroport pour jouer la carte de la complémentarité : les clients de l’hôtel peuvent par exemple commander des repas via Changi Eats, le service de livraison du hub singapourien, ou accéder à l’offre de shopping en duty free. En somme, une sorte de quarantaine dans une infrastructure adaptée, à ceci près que Connect@Changi a justement été conçu… pour rencontrer ses partenaires locaux.

Connect@Changi
L’hôtel Connect@Changi doit garantir l’isolement physique des voyageurs internationaux dans un cadre adapté

En effet, l’hôtel permet d’organiser des réunions avec la population locale – c’est même tout l’intérêt de ce concept inédit, baptisé « test-stay-work-meet » – grâce à des salles de réunions pensées pour éviter tout contact physique. Les clients de l’hôtel peuvent donc organiser des meetings avec leurs homologues singapouriens ou d’autres invités étrangers, grâce à un système de panneaux de verre hermétiques. « Des visioconférences à grande échelle peuvent également être organisées, ce qui permettrait d’organiser des réunions hybrides », précisent les responsables du projet, qui expliquent « Les visiteurs basés à Singapour ne sont pas tenus de se soumettre à des tests lorsqu’ils accèdent aux installations, car les voyageurs étrangers et les visiteurs locaux disposent d’entrées, de sorties et de systèmes de ventilation complètement séparés ».

nous sommes prêts à offrir aux voyageurs d’affaires la possibilité de reprendre des réunions en personne de manière sûre, et à faire notre part pour catalyser la reprise économique à Singapour et dans toute la région

« Sans une telle installation, les options de voyage sont essentiellement binaires : rester chez soi en raison des restrictions de voyage, ou prendre un vol à l’étranger et subir de longues périodes de quarantaine » rappelle Robin Hu, responsable de la politique et de la gouvernance internationales de Temasek, et président de SingEx-Sphere Holdings. « Après près de quatre mois de construction intenses, 24 heures sur 24, et de collaboration avec nos partenaires, diverses agences gouvernementales, des fournisseurs et des sous-traitants, nous sommes maintenant prêts à offrir aux voyageurs d’affaires la possibilité de reprendre des réunions en personne de manière sûre, et à faire notre part pour catalyser la reprise économique à Singapour et dans toute la région », poursuit-il.

  • L’offre de l’hôtel Connect@Changi devrait rapidement atteindre 660 chambres et 170 salles de réunion, lui permettant d’accueillir jusqu’à 1 300 voyageurs d’affaires à la fois

Certes, les voyageurs d’affaires devront faire une croix – au moins un temps – sur l’offre bleisure qui a fait la réputation du hub asiatique – notamment la street food, récemment reconnue par l’Unesco… Mais cette expérimentation pourrait bien permettre de relancer le secteur des réunions, et positionner Singapour comme « The place to meet« . Un statut déjà implicitement validé par la délocalisation du Forum économique mondial, qui cette année délaissera Davos au profit de la Cité-Etat.

Une feuille de route très ambitieuse

Et à en croire la feuille de route des responsables du projet, parmi lesquels figurent Temasek, maison-mère de Singapore Airlines notamment, mais aussi l’hôtelier Ascott Limited ou l’aéroport de Changi, la demande pour une telle alternative devrait s’imposer à un nombre croissant de voyageurs d’affaires. Alors que l’hôtel ne comptera « que » 150 chambres et 40 salles de réunions lors de son ouverture au public début mars, l’offre devrait rapidement connaître un véritable boom. Les responsables de Connect@Changi entendent parvenir à 660 chambres et 170 salles de réunions dès le mois de mai. A terme, l’hôtel « bulle » devrait pouvoir accueillir en son sein jusqu’à 1 300 voyageurs d’affaires à la fois.