Le ferroviaire s’ouvre (enfin) à la concurrence

L’ouverture à la concurrence du rail entre dans une nouvelle phase. Des opérateurs étrangers viendront sans nul doute concurrencer la SNCF sur ses lignes nationales les plus rentables. Mais des opportunités apparaissent aussi chez nos voisins pour la compagnie française.
La position dominante de la SNCF sur le marché ferroviaire français ne devrait pas être remise en cause par l'ouverture du marché à la concurrence. Même si plusieurs acteurs lorgnent sur l'axe Paris-Lyon, le plus emprunté par les voyageurs d'affaires. © SNCF
La position dominante de la SNCF sur le marché ferroviaire français ne devrait pas être remise en cause par l'ouverture du marché à la concurrence. Même si plusieurs acteurs lorgnent sur l'axe Paris-Lyon, le plus emprunté par les voyageurs d'affaires. © SNCF

27 juin 2018. Une date essentielle pour le transport par rail en France, puisqu’elle correspond à la promulgation de la réforme pour un nouveau pacte ferroviaire comprenant, pour principale mesure, l’ouverture à la concurrence du trafic passagers. Si celle-ci est en vigueur depuis 2009 sur les lignes internationales, cette loi autorise de nouveaux acteurs à opérer des dessertes ferroviaires sur les lignes domestiques à partir du 12 décembre 2020. Plusieurs opérateurs ont déjà manifesté leur intérêt pour venir concurrencer la SNCF dans les tout prochains mois. Une grande majorité de Français attend d’ailleurs avec impatience cette ouverture du...