Le coworking investit les lobbys et les chambres des hôtels

De plus en plus d'hôteliers proposent des espaces où télétravailler dans les lobbys comme dans leurs chambres, Accor, Ascott, Best Western et Scandic Hotels parmi tant d'autres.

Best Western France a lancé son offre myWO, pour “My Working Space”

Réactualisé le 24/09

Cela fait quelque temps déjà que le coworking a fait son entrée dans le monde hôtelier. Mama Shelter avec Mama Works, Ruby Hotels avec ses WorkSpaces, Hoxton avec les Working From Hoxton : ces groupes disposent d’offres d’espaces de travail de nouvelle génération à destination des cadres nomades et professionnels freelance. De son côté, le groupe Accor développe dans ses hôtels en France et en Europe Des Wojo Corners et les Wojo Spots, en partenariat avec sa filiale Wojo, que le groupe français codétient avec Bouygues Immobilier. En parallèle, Accor voit également le déploiement d’espaces de travail coopératifs dans les hôtels ibis en Inde, sous le label Work@ibis.

Lire aussi : « L’hôtellerie en mode coworking »

Poussés autant par la banalisation du télétravail depuis le confinement que par la nécessité de trouver des revenus additionnels, d’autres s’y mettent à leur tour. Mi septembre, le groupe scandinave Scandic Hotels a lancé le plus grand réseau d’espaces coworking dans les pays nordiques avec des pass à la journée, à la semaine ou au mois permettant de travailler dans les lobbys de ses hôtels en Suède, Finlande, Norvège, Danemark, Allemagne et Pologne. « Avec nos 270 hôtels répartis sur six marchés, nous pouvons offrir des services flexibles, inspirants et économiques d’espaces de travail, quel que soit l’endroit où vous êtes basé », a déclaré Jens Mathiesen, président et directeur général de Scandic Hotels.

Scandic-offre-coworking
Scandic déploie le plus grand réseau d’espaces de travail alternatif en Scandinavie.

Accessibles 24 h /7 j., ces espaces de travail alternatif prennent place dans les zones calmes des lobbys, voire dans les chambres sur demande pour une utilisation plus privée, le tout assorti de café et rafraîchissements et d’un service d’impression et de copie. Des salles de réunion peuvent également être réservées à l’heure. A cela s’ajoute la garantie du respect des mesures sanitaires prévues dans le cadre du programme Stay Safe at Scandic

De la même manière que Scandic, le réseau français du groupe Best Western vient de dévoiler son offre myWO, pour “My Working Space”, disponible pour l’instant dans 14 hôtels pilotes, l’objectif étant d’en déployer une cinquantaine à terme. Une offre conçue avec l’agence de conseil Zalibari, spécialisée dans l’optimisation des espaces, et qui se décline en trois formules : myWO Lib’ avec un espace de travail situé dans le lobby, et accessible gratuitement, où les professionnels nomades peuvent s’installer pour travailler quelques heures ; myWO Lounge avec des forfaits à l’heure (5 €), à la demi-journée (15€), à la journée (25€), voire des abonnements pour une durée plus longue, pour profiter d’espaces au calme en plus de services de restauration – déjeuner, pause gourmande ou à la carte ; et enfin, myWO Meeting avec des salons dédiés pour organiser des séminaires et des journées d’étude. « Il est important de faire évoluer notre offre vers de nouveaux marchés et de la placer au-delà d’une solution d’hébergement classique. Le lancement de myWO incarne l’ambition de décloisonner notre offre et d’aller explorer de nouveaux secteurs », a déclaré Olivier Cohn, directeur général de Best Western France.

Coworking en chambre

En parallèle des espaces de coworking dans les lobbys, une autre tendance prend de plus en plus de poids dans le monde hôtelier : proposer les chambres en tant que bureaux, avec des forfaits à la journée ou à la semaine pour une utilisation entre 9h à 18h. L’idée n’est en soi pas nouvelle, le site dayuse.fr en faisant son fonds de commerce depuis 2010. Mais, le confinement aidant, les hôtels se sont vus comme une alternative pratique, avec leurs chambres équipées de tables de travail où réfléchir au calme loin du bruit des enfants ou du voisinage. Selon un sondage réalisé en juillet pour Accor par OnePoll au Royaume-Uni, un quart (23 %) des personnes interrogées déclaraient être moins productives en raison des distractions.

L’idée de bureau à l’hôtel pour offrir aux professionnels une expérience de travail à distance ininterrompue et de qualité a été remise en avant en Allemagne au plus fort de la pandémie, et a depuis fait des adeptes à Paris, Londres ou Los Angeles. Plusieurs enseignes ont été jusqu’à bâtir des packages ad hoc comme Home Office@25Hours, Finally Silence chez Pentahotels, et jusqu’au luxueux groupe Mandarin Oriental avec son offre “Working with M.O.”. De son côté, le prestigieux Raffles de Singapour ouvre lui aussi, dans le cadre de sa nouvelle offre “Work from Home”, ses suites en journée pour travailler dans d’élégants espaces avec, qui plus est, un service de majordome.

coworking-Accor-hotel-office
Accor propose le concept d’Hotel Office au Royaume-Uni et en Europe du Nord.

Le palace n’est pas le seul parmi la galaxie Accor à s’être lancé dans l’aventure. Lancé début août, le concept d’« Hotel Office » est disponible dans 250 hôtels du groupe français au Royaume-Uni et dans 70 autres établissements en Europe du Nord, notamment en Irlande, aux Pays-Bas, à Bruxelles et à Luxembourg. « Des millions de personnes s’adaptant à de nouvelles méthodes de travail, nous avons décidé de soutenir cette tendance en combinant le besoin d’espaces de travail dédiés et calmes avec toutes les commodités et les équipements d’un hôtel », a déclaré James Wheatcroft, VP Marketing Accor Europe du Nord.

Une liste d’hôtels convertis à l’idée est amenée à s’allonger, plus que probablement en France, alors qu’en parallèle Wojo, la filiale coworking de Accor et Bouygues Immobilier, commercialise lui aussi des chambres transformées en bureau, pour l’instant au Novotel Marne La Vallée et à l’ibis Rodez. De la même manière, à Bangkok, une dizaine d’hôtels Accor – notamment le Pullman King Power, le Grand Mercure Asoke Residence et le MGallery Vie Hotel – facilitent la vie des professionnels locaux en proposant des forfaits à la journée, tandis qu’au Brésil, des chambres d’hôtel se métamorphosent aussi en bureaux privés, pour deux personnes maximum.

Ascott, spécialiste de l’hôtellerie long-séjour, suit une voie identique avec le lancement de son initiative « Work in Residence » et met à disposition des clients et des entreprises les studios et appartements de plus 80 résidences dans plus de 30 villes dans le monde. Parmi celles-ci, la plupart des résidences parisiennes Citadines et The Crest Collection, mais aussi les Citadines City Centre Grenoble, City centre Lille, Part-Dieu Lyon, Presqu’île Lyon, Kléber Strasbourg et Wilson Toulouse qui, toutes, proposent aux professionnels des forfaits journaliers, hebdomadaires ou mensuels et en fonction de leur besoin.

L’hébergement long séjour se distinguant de l’hôtellerie classique par la surface des chambres et la présence d’une cuisine équipée, ce service « Work in Residence » est donc tout à fait adapté au travail à distance comme à la maison, et se décline en studios équipés d’un poste de travail dédié et appartements dotés d’un salon et d’une salle à manger séparés, en plus des chambres individuelles, pour des projets de groupes.

D’autres hôteliers donnent à l’idée une teinte plus “bleisure”. Après le groupe Barrière qui avait a lancé à l’été ses “escapades télétravail” à Deauville, Dinard et La Baule, le Hyatt Regency Chantilly propose depuis la rentrée l’offre “Workation” à ceux qui souhaitent prendre de l’avance sur leur week-end en télétravaillant à l’hôtel dès le vendredi matin. Early check-in, accès au spa ou à la salle de fitness. Une offre étendue depuis aux autres établissements Hyatt en France, ceux de Paris, mais aussi l’Hôtel Martinez à Cannes et le Hyatt Regency Nice, Palais de la Méditerranée. De l’art de combler les vides pour les hôteliers, et pour leurs clients le plaisir de joindre l’utile à l’agréable.