Déconfinement : les dernières informations

Le déconfinement franchit un nouveau cap avec la réouverture de l'Union européenne à une quinzaine de pays, tandis que les aéroports et les compagnies aériennes reprennent du service : un point sur les dernières informations en France, en Europe, et à l'international.

Lyria
La mobilité européenne reprend des couleurs, notamment dans le secteur ferroviaire

Informations mises à jour le 15 juillet

  • A l’instar du conflit opposant les Etats-Unis à la Chine au début du mois de juin, les liaisons aériennes entre la France et l’Empire du Milieu traversent une zone de turbulences… Globalement, la logique est la même : un problème de réciprocité que ne respecteraient pas les autorités chinoises : « Le trafic aérien entre la France et la Chine connaît actuellement des perturbations en raison du déséquilibre des dessertes entre compagnies françaises et chinoises« , indique l’ambassade de France, qui recommande aux voyageurs de « vérifier régulièrement auprès de la compagnie aérienne sur laquelle vous avez réservé une place si votre vol est bien maintenu, y compris le jour même du départ. En effet, certaines compagnies commercialisent des places sur des vols non autorisés et n’annulent ces vols non autorisés qu’au dernier moment alors qu’elles savent depuis plusieurs jours qu’il ne pourra pas avoir lieu« .
  • Après Melbourne, d’autres carrefours internationaux du voyage d’affaires remettent en place des mesures de restrictions, voire de confinement. Los Angeles compte parmi les zones touchées par les nouvelles restrictions imposées par les autorités californiennes. Le hub de Bangalore, en Inde, est verrouillé depuis le 14 juillet, et des confinements par quartiers entrent en vigueur à Tanger, Bogotà ou encore Manille.
  • Depuis le 8 juin, le Royaume-Uni imposait une quarantaine de quatorze jours à tous les voyageurs, dont ceux de l’Union Européenne, malgré l’opposition du mouvement « Quash Quarantine », rassemblant quelque 500 entreprises dont British Airways, easyJet et Ryanair. Cette quatorzaine n’est plus imposée à la France depuis le 10 juillet. La mesure est également levée pour d’autres pays comme l’Italie, l’Allemagne et l’Espagne.
  • Depuis le 1er juillet, l’Union européenne est à nouveau accessible à une liste de 14 pays, dévoilée mardi : Algérie, Australie, Canada, Géorgie, Japon, Monténégro, Maroc, Nouvelle-Zélande, Rwanda, Serbie, Corée du Sud, Thaïlande, Tunisie, et Uruguay. Les voyageurs en provenance de Chine seront également acceptés dès lors que le principe de réciprocité sera appliqué aux voyageurs européens. Cette liste, qui ne comprend donc pas des destinations affaires de premier plan comme les Etats-Unis, la Russie, Israël ou le Brésil, doit être remise à jour toutes les deux semaines.
  • L’aéroport d’Orly a rouvert ses portes le 26 juin. Après 13 semaines de fermeture, c’est Transavia qui a rouvert le bal, avec un premier vol à destination de Porto.
  • A partir du 7 juillet, les voyageurs d’affaires pourront à nouveau se rendre à Dubaï, comme l’ont officialisé les autorités locales le 21 juin. Parmi les conditions d’entrée figurent la présentation d’un test négatif au Covid-19, et une assurance maladie adaptée.
  • Les compagnies ferroviaires profitent de la réouverture des frontières en Europe : Thalys fonctionne à 20% de ses capacités mais va monter en régime le 12 juillet avec 50% de son offre. Lyria assure déjà 50% de son offre, et devrait atteindre 70% début juillet. Eurostar fait figure d’exception puisque la « quatorzaine » imposée par la Grande-Bretagne limite fortement la demande. Eurostar n’assure donc qu’un aller-retour quotidien depuis Londres vers Paris et Bruxelles.

LIRE AUSSI : « Le train retrouve ses marques en Europe« 

  • Dans son allocution du 14 juin, Emmanuel Macron a présenté les grandes lignes de la troisième phase du déconfinement. Celle-ci voit l’ensemble de la France métropolitaine passer en « zone verte », et s’accompagne de mesures d’ouverture depuis le 15 juin, notamment pour la mobilité européenne. Néanmoins, – au lendemain du 35e anniversaire de l’accord de Schengen – la réouverture est très relative selon les pays de départ et d’arrivée. Le Royaume-Uni maintient par exemple sa « quatorzaine », tout comme l’Espagne, où l’ouverture attendra le 21 juin. La France a opté pour une ouverture globale au niveau européen – tout comme la Belgique -, mais applique le principe de réciprocité. D’autres gouvernements imposent des tests aux ressortissants des pays les plus exposés, ou limite leur accès aux pays voisins, comme en Norvège ou au Danemark. Les frontières extra-européennes devraient elles s’ouvrir à partir du 1er juillet d’après Emmanuel Macron, mais là encore l’accessibilité sera très variable d’un pays à l’autre. Pour améliorer la lisibilité des voyageurs, l’Union Européenne a mis en place un site dédié, précisant les possibilités de déplacement en fonction des points de départ et d’arrivée.

LIRE AUSSI : « Retour à la mobilité avec la deuxième phase du déconfinement« 

  • Air France a annoncé le 18 mai la reprise progressive de ses vols d’ici la fin du mois de juin, en privilégiant le réseau domestique, l’Europe et les Outre-mer. La compagnie table sur un programme de vols représentant 15% de la capacité habituelle pour cette période, en s’appuyant sur 75 appareils. Au niveau domestique, depuis Paris CDG, Air France reliera ainsi Ajaccio, Bastia, Biarritz, Bordeaux, Brest, Calvi, Clermont-Ferrand, Figari, Marseille, Montpellier, Nice, Pau, Perpignan, Toulon et Toulouse. L’aéroport de Lyon-Saint Exupéry sera lui relié à Biarritz, Bordeaux, Brest, Caen, Lille, Nantes, Nice, Pau, Rennes, Strasbourg et Toulouse.
  • Les passagers de vols internationaux arrivant sur l’aéroport de Paris-CDG sont désormais contrôlés par des caméras thermiques installées par le Groupe ADP en salle de livraison bagage.
  • L’Italie a rouvert ses frontières le 3 juin.
  • Depuis le 18 mai, Lyria assure un deuxième aller-retour quotidien entre Paris et Genève (départ de Paris à 14h18), en plus d’un aller-retour Paris-Bâle.
  • Emirates a repris ses opérations à Paris le 22 mai, à raison de trois vols par semaine.
  • Brussels Airlines a fixé la reprise de ses activités au 15 juin.
  • Ces annonces s’inscrivent dans une tendance plus générale de regain de l’activité dans le ciel européen. Une dynamique encore timide, mais qui devrait correspondre à quelque 700 000 sièges dans les prochaines semaines.
  • Le 13 mai, la Commission Européenne a incité les Etats membres à une réouverture des frontières au sein de l’UE, plaidant pour une approche « graduelle et coordonnée ».
  • L’Espagne a officialisé l’entrée en vigueur d’une « quatorzaine » depuis le 15 mai. Celle-ci s’applique à toute personne arrivant de l’étranger (y compris depuis la France donc), à quelques exceptions près. Les travailleurs transfrontaliers sont notamment épargnés par cette mesure.
  • Dans la foulée, la France a décidé d’appliquer la même mesure aux voyageurs arrivant d’Espagne, « sur un principe de réciprocité« .
  • A l’inverse, IATA s’est prononcée contre ces mesures de quarantaine, qui risquent bien de freiner la reprise de l’activité aérienne.
  • En parallèle, un accord a été trouvé entre la France, la Suisse, l’Allemagne et l’Autriche, comme l’a confirmé la conseillère fédérale Keller-Sutter en conférence de presse : « Nous visons une ouverture complète de la frontière le 15 juin entre l’Allemagne, l’Autriche, la France et la Suisse« , a-t-telle indiqué.
  • Le déconfinement entamé en France le 11 mai s’accompagne de nombreuses mesures sanitaires dans les transports. Le port du masque est obligatoire, qu’il s’agisse de prendre un train (SNCF, Eurostar, Thalys, Lyria) ou un vol Air France.
  • La compagnie aérienne a également mis en place depuis le 11 mai un système de contrôle de la température des voyageurs. Si le thermomètre infrarouge indique une valeur supérieure à 38 degrés, Air France se réserve le droit de proscrire l’embarquement du passager concerné.